Le pouvoir d’achat amputé par les charges sociales

le-pouvoir-dachat-ampute-par-les-charges-sociales.jpg

Le pouvoir d’achat est en baisse à cause des hausses des charges sociales, c’est le constat de la réalité en France, outre la diminution en euros constants du salaire net moyen.

pouvoir-dachat.jpg

Pourtant le pouvoir d’achat devrait connaître une hausse car les salaires bruts ont connu une hausse, dans un contexte d’inflation modérée. Une grande portion du revenu complet du ménage est estropiée à la source par les charges sociales dont la ponction impérative est dirigée au financement des diverses caisses de la sécurité sociale (familiales, chômage, vieillesse, maladie), au nom d’un accord social très important pour les français.

Comment est calculé le pouvoir d’achat ?

Le pouvoir d’achat est décrit simplement comme la quantité de bien qu’on peut acheter avec son revenu. Selon l’Insee, le pouvoir d’achat est la quantité de biens et de prestations qui peut être achetée avec une unité de salaire, puis ajoute que le raisonnement est appliqué à tous les ressources, que ça soit le travail, le capital, les prestations familiales et sociales ou autres, même si on parle ici de la notion de salaire.

inflation.jpg

Schématiquement, le pouvoir d’achat est égal à ce qu’on reçoit moins ce qu’on doit verser. Ici, ce qu’on reçoit comprend les revenus d’activités, les salaires, les bénéfices d’une activité indépendante, les revenus du patrimoine, les prestations sociales telles les pensions de retraite, les indemnités de chômage, les allocations familiales… Et ce qu’on doit verser est constitué de cotisations sociales, d’impôts directs, du CGS, CRDS, les différentes taxes…

Les conséquences d’une hausse des charges sociales sur le pouvoir d’achat

Récemment, la hausse des charges sociales a entraîné une perte de 1,1% sur le pouvoir d’achat des cadres qui sont les plus concernés par cette amputation, et une perte de 0,3% chez les ouvriers. De plus, avec une baisse de la CSG chez les plus défavorisés, les charges sociales amputent encore plus la classe moyenne.